Les bases de la prise de masse musculaire.

En tant que pratiquants de functional training, nous nous exposons à un dilemme : le poids du corps de l’athlète n’est pas soumis à la catégorisation, et les athlètes devront trouver un compromis : Être assez lourd pour faire face à des charges de plus en plus élevées lors des épreuves d’Haltérophilie et leurs dérivés, mais pas trop lourd afin de reste capable de nager, courir, sauter, se déplacer et effectuer avec aisance les différents mouvements de gymnastique qui viennent composer les épreuves.

Néanmoins, les athlètes ont un grand talent, celui d’identifier par eux-même ce qui est optimal pour leur discipline, tant dans la manière d’effectuer certains mouvements pour en maximiser l’efficacité, tant dans le choix de leur corpulence, puisque, aujourd’hui, la majorité des athlètes masculins compétitifs dans le functional training pèsent entre 80 et 90kg, avec un taux de masse grasse ridiculement faible. Ce qui nous donne une bonne idée d’objectif à atteindre si on souhaite devenir compétitif.

Ainsi, on dit souvent qu’un athlète doit absolument orienter son entrainement sur ses points faibles, sans pour autant négliger ses points forts. A ce titre, si vous pesez 70kg, l’un de vos plus grands point faible en tant que compétiteur pourra être votre poids. Et comme en functional training, les athlètes ont tous un taux de graisse corporelle ridicule, cette graisse étant dans de nombreuses épreuves un “poids mort”, il vous faudra prendre de la masse musculaire, et ceci en minimisant la prise de gras, tout en entretenant vos capacités athlétiques, et ce, malgré un entrainement intense et un volume de travail dément, un vrai casse-tête, n’est-ce pas ?

Qu’à cela ne tienne, tout problème ayant sa solution, voyons un petit peu comment faire pour nous autre, athlète dans la catégorie poids-plume !

(suite…)

0 commentaire