Interview de Rudy Coia : SuperPhysique débarque sur UCPmuscu !
SuperPhysique s’invite chez UCPmuscu : L’interview de Rudy Coia
29 septembre 2016
Vos WOD de la semaine avec votre Programme de CrossFit gratuit #BuiltByUCP
WOD #BuiltByUCP du 31.10 au 6.11.2016
31 octobre 2016

Doit-on arrêter de consommer de la viande ?

L'alimentation Vegan vue par Damien Stymans pour UCPMuscu




Doit-on diminuer notre consommation de viande ? Manger des viandes de meilleure qualité ? En manger moins ?

 

Ce sont des questions qui secouent de plus en plus l’actualité : Non seulement, les sportifs s’interrogent sur la qualité de la viande qu’ils consomment, les autorités de santé avertissent des risques de consommer trop de viande, des experts comme Gilles LARTIGOT (dont vous pouvez lire la chronique de son livre ici !) se lancent dans des tournées internationales, clamant haut et fort que la viande est aujourd’hui toxique. Même des personnalités politiques se mettent à pointer du doigt les risques de la consommation de viande excessive, tant pour notre santé que notre écosystème.

Face à ces faits, de plus en plus de personnes se lancent dans un régime Végétarien ou Végétalien, voire dans un mode de vie Vegan, espérant améliorer leur état de santé ce faisant.

Mais, en tant que sportif, nous avons un énorme doute : Peut-on survire sans viande ? Ou plutôt, notre masse musculaire et notre force peut-elle survivre sans viande ? N’allons nous pas être privés de précieuses protéines animales, d’acides aminés ?

Personnellement, j’ai quelques réponses à ces questions, mais je n’ai pas supprimé les viandes de mon alimentation, seulement diminuées. Aussi, je suis allé m’adresser à l’un de mes contacts en qui je me fie bien plus sur ce sujet : Damien Stymans. Ce CrossFitteur émérite, owner de CrossFit RedBeard sur l’île de la Réunion et lui aussi membre de la rédac’ de WorkOut Mag’ est Végan. Peut-on être coach, s’entrainer intensément et régulièrement, et être Végan ? Il en est la preuve, et réponds à nos questions sur l’alimentation végétale.

Prenez des notes ! 🙂

Salut Damien, et merci de prendre le temps de répondre à nos questions.

Damien Stymans, Alias Barberousse ;-)

Damien Stymans, Alias Barberousse 😉

Entrons de suite dans le vif du sujet, si tu permets. Quelles sont les différentes formes de régime alimentaire sans viandes ?

Il y en a deux principaux. Tout d’abord, le régime végétarien, qui exclut toutes les chairs animales, viandes et poissons. IL y a ensuite le régime végétalien, qui lui, exclut toute forme d’alimentation basée sur des produits d’origine animale. On retire donc les produits laitiers, les œufs et le miel.

Parfois on peut rencontrer également des régimes associés à des croyances ou des religions. En Inde par exemple, une grande partie de la population est végétalienne mais inclue tout de même les produits laitiers qui sont pour eux sacrés. Les personnes en transition entre le végétarisme et le végétalisme préfèrent quant à elles, retirer certains aliments petit à petit. Comme nous adorons créer des cases et y mettre les personnes, certains régimes « mêlés » sont nés comme le lacto-végétarisme (végétal avec lait), l’ovo végétarisme (végétal avec œufs) ou le flexitarisme (ceux qui ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent ou qui ne sont dans aucune autre case). Ce sont principalement des termes marketing.

En dehors des considérations d’ordre personnel et éthique, quels sont les arguments en faveur d’une alimentation très majoritairement végétale ?

Elles sont d’abord en relation avec la santé. Nous le savons tous, à dose importante, les produits carnés sont acidifiants pour le corps. Associez à cela la qualité douteuse de ces produits, leur élaboration qui d’un point de vue sanitaire nous ferait froid dans le dos, et l’incapacité de tracer leur production et vous obtenez clairement un résultat loin d’être rassurant.

Toujours d’un point de vue sanitaire, d’autres études ont également démontré depuis longtemps la nocivité des produits laitiers. Leur relation avec les taux importants d’ostéoporose et de fractures et leur méthode de fabrication (ajouts d’antibiotiques, de produits chimiques toxiques etc.) font de ces aliments des produits à éviter.

 

Le livre

Le livre Lait, mensonges et propagande de Thierry SOUCCAR informe sur la dangerosité des produits Laitiers.

Hormis le facteur santé, il y a aussi le facteur environnemental. Beaucoup d’observateurs font l’erreur grossière de croire que si on se nourrissait uniquement de denrées végétales, les cultures ne seraient pas suffisamment importantes pour subvenir à nos besoins. Mais il faut savoir qu’environ 70% des cultures de céréales sont destinées à nourrir le bétail dont se nourriront les humains (comme le prouve cet article, par exemple).

En termes de consommation d’eau, les denrées végétales font clairement une différence. Alors qu’il faut pas moins de 15.500L d’eau pour produire 1kg de viande de bœuf, ou 4.800 pour produire 1kg de viande de porc, il en faut seulement 1300 pour un kilo de blé, ou encore 900 pour un kilo de pommes de terre. (http://waterfootprint.org/en/resources/interactive-tools/product-gallery/) L’emprunte écologique de l’alimentation végétale est donc on ne peut plus bénéfique pour tout le monde, que l’alimentation carnée.

NDLR : C’est d’ailleurs la raison évoquée par les personnalités politiques en faveur d’une réduction de la consommation animale.

Le régime Paléo, que j’apprécie énormément et qui est très souvent suivi dans le monde CrossFit, dépend d’une grande consommation de produits d’origine animale, et plus précisément de viandes, poissons et œufs, censés imiter les produits de la chasse et de la pêche au Paléolithique. Est-il possible, voire souhaitable, de remplacer une grande partie de ses viandes par des aliments d’origine végétale, aujourd’hui ?

Tout à fait, il va seulement falloir bien se documenter. Si l’on parle en termes de protéines par exemple, qui sont les macro nutriments les plus chers à nos « marmules », il est tout à fait possible de trouver l’intégralité des acides aminés les composant, dans une alimentation végétale.

Seulement il ne faut pas faire les choses au hasard. Des associations d’aliments sont donc indispensables. Dans les meilleures sources nous trouvons les légumineuses bien entendu (soja, lentilles, poids, haricots etc.), quelques céréales, tubercules et graminées (riz brun, Quinoa, patates douces), quelques noix, et le Graal, en termes d’acides aminés sont les légumes feuilles comme les épinards, les blettes, le chou Kale et bien d’autres. Alors bien entendu, manger 4 feuilles de salade ne vous aidera pas à combler vos besoins, mais les jus de légumes verts sont de véritables bombes énergétiques et protéinées et contrairement à ce qu’on peut dire des protéines végétales, non, elle ne sont pas de moins bonnes qualités.

Quelqu’un qui est dans la capacité de consommer des viandes élevées et chassées de manière naturelle dans un environnement local peut-il, ou doit-il continuer d’en consommer, même occasionnellement ?

Tout dépend dans quelle optique il se trouve. Si ses préoccupations sont associées à l’éthique et au bien-être animal, alors il se doit de respecter la volonté de vivre des animaux, peu importe comment ils sont mis à mort ou élevés.


25TH BIRTHDAY - 150x600

Si ces préoccupations sont plutôt d’ordre sanitaire, alors tout dépend de ses habitudes. Mais une chose est certaine, l’homme moderne consomme bien trop de produits carnés (comme bien d’autres produits industriels d’ailleurs) et cela nuit à sa santé. Et l’écran de fumée que représente l’évolution de l’espérance de vie, en grande partie obtenue par la chimie, n’aide pas à prendre les bonnes décisions.

(NDLR : Dans cet excellent documentaire de près d’une heure, Gilles LARTIGOT nous invite à la réflexion concernant la consommation de produits d’origine animale)

Concrètement, dans un régime végétalien, que conseilles-tu pour faire ses courses ? Où trouve-t’on les « bons produits » ?

Avant de faire la liste des endroits judicieux, il faut se rendre compte d’une chose, c’est que régime végétal ne veut pas obligatoirement dire régime sain, tout simplement parce que les légumes, les fruits, les céréales peuvent, eux aussi subir des traitements nocifs pour le corps humain. Et il existe de nombreux aliments 100% végétaux et pas forcément bénéfiques pour la santé, les biscuits ronds noirs entourant un semblant de crème blanche en sont le parfait exemple.

Il y a plusieurs endroits qui sont très utiles, et évidents afin de se fournir en nourriture saine, et en fait, cela ne diffère pas énormément de n’importe quel mode d’alimentation bon pour la santé :

Pour les légumes et les fruits, il vaut mieux se fournir dans les marchés de proximité plutôt que dans les grandes surfaces. A titre d’exemple, dans n’importe quel magasin de taille, des bananes estampillées bio qui viennent du bout du monde ont forcément subit un traitement au gaz afin de résister au long voyage qui les a amenées. Et ce n’est pas ça qui leur enlève le patch AB…

Comme tout, tout est donc question de précautions et de chances que vous mettrez de votre côté. Même si rien ne peut être parfait, il vaudra mieux aller chercher ses fruits et légumes chez le producteur qu’en grande surface.

Pour les céréales et les légumineuses, c’est la même chose. Bien entendu, la facilité sera d’aller se fournir en conserves dans le grand magasin de la ville. Même si ce genre de solution peut aider en période de transition, il vaut mieux toujours préférer réduire le nombre d’intermédiaires et surtout, réduire les chances de consommer des ingrédients non désirables comme le sucre et le sel souvent présents dans les boites, et pour cela, les BioCoop sont parfaites.

Renseignez-vous sur les dates de marché, et le lieux des Biocoop les plus proches de chez vous et vous ne le regretterez pas. Et si vous avez besoin de produits de transition, comme les simili carnés, les fausses viandes et les Fauxmages (délicieux) alors il vous faudra soit aller en Grandes surfaces soit commander sur le net ou parfois, si vous êtes chanceux, les trouver dans le même endroit que précédemment, à savoir les Biocoops. Vous pouvez vraiment y trouver des produits de qualité et pour moins cher qu’on ne peut le penser.

Et si justement le budget est un souci, alors sachez qu’en vous rendant dans les grandes surfaces, vous trouverez votre bonheur pour pas cher.

Dernier détail concernant le lait, il existe des alternatives végétales en grand nombre, et si il y a quelques années, le prix du litre de lait d’amande par exemple était exorbitant, cela s’est largement démocratisé depuis peu. Certaines grandes surfaces proposent un lait végétal bio de leur marque fabricante pour moins d’1 euro le litre.

Doit-on se tourner vers des compléments alimentaires tels que les protéines de riz, de pois, de chanvre au sein d’une alimentation végétalienne ?

Encore une fois tout dépend de nos préoccupations. La plupart des CrossFitters omnivores consomment déjà des compléments alimentaires. Dans ce cas alors, s’ils veulent devenir végétaliens, oui, il faudra se tourner vers les compléments de protéines végétales. Le chanvre est connu pour être une des meilleures sources de protéines au monde, et il est devenu très facile de s’en procurer, au moins autant que la whey.

Dans le cas où l’athlète ne consommait pas de compléments alimentaires, il est inutile de se complémenter en protéines une fois le cap du végétalisme passé.

Damien lors d'un Murph, affichant une meilleure performance à 32mn18s. Faible et rachitique pauvre mangeur de feuilles !... Ou pas.

Damien lors d’un Murph, affichant une meilleure performance à 32mn18s. Faible et rachitique pauvre mangeur de feuilles !… Ou pas.

Doit-on consommer des compléments alimentaires d’acides aminés au sein d’un régime végétalien ?

Si les recherches ont été bien faites, si la consommation inclue une grande dose de légumes feuilles, de noix et de fruits, alors il n’y aura pas nécessité de consommer des compléments alimentaires d’Acides aminés. Le seul complément très utile au régime végétalien est celui de la vitamine B12, que l’on ne retrouve déjà que très peu dans le régime omnivore, et pas du tout dans le monde végétal. Les recherches ont permis depuis peu de temps d’extraire cette vitamine à partir de bactéries. C’est une grande avancée qui permet désormais aux végétaliens d’avoir des apports complets sans aucune carence.

(NDR : Cliquez ici pour voir le compliment alimentaire que j’utilise pour éviter les carences en vitamines, y compris en B12)

Risque-t-on une baisse de performance ou de notre masse musculaire lors du passage à un régime végétalien ?

Encore une fois, cela dépend de comment l’on s’informe et l’on se débrouille. Mon erreur personnelle au départ a été de juste remplacer des condensés caloriques comme la viande ou le fromage par des légumes et des fruits qui sont eux, bas en apports caloriques. La sentence ne s’est pas faite attendre, j’ai perdu 4 kilos en un mois. Après donc quelques jours de doutes, je me suis mis à me documenter et à trouver les réponses à mes questions. A force de s’informer, j’ai revu entièrement mes apports. Je mange bien plus qu’avant, et mes performances continuent de progresser au moins autant que lorsque j’étais omnivore. Pas de peurs ou de soucis à se faire, juste de la documentation à avoir, et des erreurs de base à éviter.

(NDR : Damien nous propose sur son blog dans cet article une liste de sites internet vous proposant une sélection de recettes et de conseils alimentaires végétaliens.)

Damien, peux–tu nous résumer quelles ont été, pour toi, les raisons qui t’on poussés à un régime végétalien ?

Une seule, et elle est éthique. La cause animale a été la plus grande motivation et le visionnage de plusieurs documentaires (« Earthlings » et « Cowspiracy: The Sustainability Secret ») ont été les éléments déclencheurs. J’ai pris conscience que tout ce qu’on pensait vrai sur la production de produits animaux était en fait faussé. J’ai aussi décidé que plus jamais je ne participerai à la souffrance et au sacrifice d’une vie pour un plaisir gustatif de quelques minutes. D’autant que les alternatives végétales sont légions, et à portée de main.

(NDR : Personnellement, si la question de la consommation de produits animal vous intéresse, je vous recommanderais le documentaire Les alimenteurs)

Merci Damien pour ta participation et tes réponses enrichissantes !

A présent, vous vous demandez peut-être ce qu’on pense de tout ça, chez UCPmuscu ?

Voici quelques réponses !

Notre avis sur la consommation de viande.

Premièrement, comme nous l’avions déjà largement évoqué dans notre article « Alimentation Paléo et Nutrition Sportive » une première leçon est à retenir :

Fuck the Milk.

Ne buvez pas de lait animal. Jamais. Sous aucun prétexte : cette chose est un poison enrichi en substances chimiques et en facteurs de croissance. Et j’ai un scoop pour vous : Les facteurs de croissance agissent sur TOUTES les cellules. Y compris les cellules cancéreuses.

Ce liquide est acidifiant (aïe), riche en substances chimiques (aïe2), beaucoup trop riche en facteurs de croissance – un veau passait de 40 à 400kg en autant de temps qu’un bébé passe de 3 à 6kg (aïe3), favorise l’ostéoporose et certaines maladies inflammatoires, provoque des troubles digestifs, des problèmes cutanés, et tout ça, sans parler de l’impact monumental sur l’écosystème de l’industrie laitière.

A la limite, on peut tolérer un peu de fromage en dose raisonnable (sa préparation nous débarrasse notamment des facteurs de croissance, et donc de tous les troubles y étant associés).

Mais c’est votre première étape : PERSONNE ne devrait boire du lait.

Surtout que, comme le disait Damien, les laits végétaux, riches, sains et peu chers, sont aujourd’hui légions.

250 x 60 Generic Brand Image

Nice to « Meat » you.

Doit-on consommer de la viande ?

Eh bien, si vous connaissez un fermier traditionnel, oui.

J’ai une confession à vous faire : Je sors de dix ans de carrière dans l’industrie alimentaire, et plus précisément dans le domaine des produits carnés. Je pourrais probablement vous dégouter en cinq minutes, mais je vais tenter de rester indulgent et constructif. Let’s Rock.

En faite, avant de manger une viande, voici les questions à vous poser :

Cet animal à t’il eu une alimentation et un mode de vie adapté ?

  • Un bœuf, veau ou agneau (herbivore donc) nourri au grain, ça ne fonctionne pas. Leur système digestif n’est conçu pour ne traiter QUE l’herbe. Quand un bœuf est nourri au grain, il risque d’être contaminé par une forme pathogène d’Escherichia coli, plusieurs morts ont déjà été recensés, majoritairement aux US, suite à la consommation de viandes bovines élevées au grain. Mieux encore, prenez des restes de bœuf, faites en de la farine et donnez les à manger à … Des bœufs ! Du cannibalisme, quelle bonne idée ! La vache folle, ça vous dit quelque chose ? Et bien s’en était la cause. Merci l’industrie, on vous aime et vous nous le rendez bien !). Ne mangez des viandes Bovines et Ovines que celles-ci ont pu manger de l’herbe (les fameuses « Grass-fed Cow », aux US), sinon, passez votre chemin.
  • Une volaille (qui se nourrit de graines) élevée à la farine animale (résidus de viande, os, tissus et cartilages), ça ne fonctionne pas. Une volaille gavée (magret de canard, foie gras en tout genre, poulet de batterie) est à la fois riche en médicaments et antibiotiques (en même temps, les bêtes vivent dans leurs propres déchets et excréments, c’est un sacré challenge pour le système immunitaire), et en mauvais cholestérol. Les label « Label Rouge », « Biologique », ou, mieux encore « Bleu-blanc-coeur » sont des garants d’une volaille ayant eu une alimentation, une durée et un mode de vie adaptés.
  • Pour le porc, c’est un peu plus complexe, cette bêbete mangerait même belle-maman. En revanche, le porc est un animal EXTRÊMEMENT sensible aux maladies. Donc, élevé dans de mauvaises conditions, il est littéralement shooté aux médicaments et antibiotiques. D’ailleurs, les porcelets se font édenter (arracher les dents) pour éviter qu’il ne mordille les mamelons des truies qui les allaite… Car à la moindre infection de ces micro plaies, la truie risque fort de mourir. Ça donne envie, n’est-ce pas ? La encore, la meilleure option reste le label Biologique, ou de connaitre un éleveur qui élève des cochons… Normalement.

Si cet animal à été élevé en cage, sans voir la lumière du jour, en un temps record, ou en consommant des aliments qui ne répondent pas à ses besoin, évitez !

Fort heureusement, si vous souhaitez manger de la viande, il existe deux options qui sont à la fois saines et peu onéreuses : Les oeufs bio et les poulets fermiers entiers.

Poisson, ou Poison ?

Les poissons, malheureusement, n’échappent pas à la règle. Mais vous avez de la chance, je m’y connais moins sur ce sujet ! 🙂

Mais assez pour vous conseiller d’éviter les poissons d’élevage.

Les poissons d’élevage sont nourris aux grains et aux farines animales (encore, je sais !) et chargés aux substances hormonales qui accélèrent leur croissance.

C’est ainsi qu’on optimise le rendement et diminue les coûts…

Le filtre ? Consommez des petits poissons. Plus un poisson sera petit, plus son espérance de vie est courte, et sa consommation alimentaire faible. Il est donc beaucoup moins chargé en polluants et autres substances que son homologue de grande taille : Préférez des sardines à un saumon d’élevage.

UCPmuscu analyse pour vous le livre "EAT : Chroniques d'un fauve dans la jungle alimentaire" de Gilles Lartigot.

« Mangez-moi.
… Sauf si j’ai vécu toute ma vie dans une cage à peine aussi grande que moi ».

Le problème de l’animal.

Consommer de la chair animale amène néanmoins quelques problématiques :

  • Ces aliments sont acidifiants, là ou vos protéines végétales sont basifiantes,
  • Elles contiendront presque toujours soit des polluants, soit des substances chimiques ou médicamenteuses,
  • Leurs graisses sont nocives, à moins de consommer des viandes issues de l’agriculture biologique,

Pour toutes ces raisons, couplées à celles énumérées plus haut, je recommande de considérer à deux fois le rythme au quel on consomme des produits carnés, à plus forte raison si ces derniers sont issus d’un élevage, que dis-je, d’une usine de production de basse qualité.

Conclusion :

Si vous souhaitez vous lancer dans le végétarisme, le végétalisme ou le véganisme, vous avez à présent, grâce aux conseils de Damien, de nombreuses pistes pour vous lancer.

Depuis la rédaction de cet article, j’ai décidé de me lancer dans le Végétarisme au travers d’un Challenge de 60 jours. Je vous présente mon Plan alimentaire Végétarien dans cette vidéo !

Il existe plusieurs bonnes raisons de changer ses habitudes alimentaires, j’en synthétiserais deux :

La première est éthique, et je pense que les retours de Damien ainsi que les quelques informations que je vous ait données vous auront convaincus de modérer, ci ce n’est de supprimer totalement votre consommation de produits carnés.

La seconde est simplement une considération de santé : Une viande élevée dans des conditions propres à l’industrie de la viande bon marché est nuisible à votre santé, puisqu’elle va augmenter les risques d’inflammations, troubles digestifs, cancers, et j’en passe. Plus le temps passe, plus les individus deviennent immunisés aux antibiotiques, tant ils en consomment rien qu’en consommant de la viande chaque jour.

Une solution simple ? Devenez végétarien, ou végétalien, ou réduisez votre consommation de viande, et ne consommez que des produits issus de l’agriculture biologique. Comme Damien nous l’a présenté, ce ne sont pas les options qui manquent !

A méditer, et à vous de jouer.

Alex.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager au tour de vous ! Merci d’avance pour votre soutien ! 🙂

Laissez-nous vos impressions et questions en commentaires ! 🙂

* Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram pour rester au courant de toute l’actu d’UCPmuscu ! *

 

DISPO SUR VOTRE STORE UCP :

 

Coaching Training Perso #BuiltByUCP

Coaching Diététique Perso #UCPdiet

Les Ebooks UCPmuscu

Les vêtements et Accessoires Northern Spirit

Merci à nos partenaires pour leur soutien :

Bénéficiez de nos avantages partenaires avec SuperPhysiqueBulk LogoThe Protein Works

Code UCPMUSCUSP pour obtenir 5% de réductions sur vos achats sur la boutique SuperPhysique.

Retrouvez nos Coachings, Ebooks, Vêtements et Accessoires sur le SHOP UCPmuscu !

 

Alex Reither
Alex Reither
Pratiquant de musculation depuis 2009, puis plus tard, de CrossFit et d'Haltérophilie, j'anime le site UCPmuscu depuis sa création.

6 Comments

  1. Sébastien dit :

    Super article, c’est bien d’avoir le retour d’un végétarien !

    Par contre, si on veut manger paléo, c’est tout de suite plus compliqué, pas de soja, pas de lentilles, pas de quinoa …

    Personnellement je privilégie œufs bio et poissons au maximum.

  2. Ungoulou dit :

    J’ai decouvert ce site récemment il est top!
    Merci pour toutes les infos!

  3. DIMITRI DELAPORTE dit :

    OK. Très intéressant tout ça (comme d’hab).

    Quid du lait de vache bio?

    • Alex Reither dit :

      Merci pour ton message Dimitri 🙂
      C’est moins pire que le lait de vache de batterie, mais ça reste toujours un mauvais aliment :-p

ubermenu.min.js wp_enqueue_script( 'jquery' );